Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 avril 2008 3 09 /04 /avril /2008 06:03

Je suis partie vers le chemin de douanier. Sur cette côte sauvage de Bretagne où le printemps a fait fleurir la bruyère. C'est là que je fais ce vide salutaire qui soigne mes plaies. Sur le plus haut de la falaise, je m'assois adossée à cette grosse pierre, face à l'océan.

Et je me souviens, une autre plage, un jour de tempête, un inconnu que j'avais revu et aimé. Pas de promesse, mais un aprés-midi de bonheur pour le corps et le coeur. Pas de promesse.
Et puis nous sommes repartis vers nos vies... Plus vraiment de nouvelles, juste un petit commentaire de temps en temps sur mon blog que je ne sais comment interpréter. Pas comme ceux de mon ami "Blue Eyes",  et toujours signé x. Je ferme les yeux et je me souviens. Lui et moi dans cette ferme-hôtel où nous avons passer l'aprés-midi...J'aurai pu croire en l'amour.

Le soleil de nouveau est caché. Les nuages de fin d'après-midi, ont peut-être un peu d'avance. J'ouvre les yeux et je murmure... "Jordan". Devant le soleil, je ne distingue pas son visage, mais il est bien là: "Bonjour, Mélodie". Beaucoup de questions se bousculent dans ma tête, Mais aucun son ne franchit mes lèvres. Il me regarde et dit: "je suis jaloux". Je ne comprends pas, et il se tourne légèrement et me montre l'océan. "ton dernier amant?". J'acquiesce, en ajoutant, "ce n'est pas pour aujourd'hui".

Il s'est agenouillé près de moi, son visage tout près. J'avais l'impression d'être un papillon épinglé. Il a scruté mon visage et y a vu toutes les tristesses, toutes les douleurs. Il a touché une larme qui perlait au coin de mes yeux: "pour ou à cause de moi?". J'ai voulu dire non. il a posé son doigt sur mes lèvres comme pour m'empêcher de dire un mensonge. Il a dit: "je sais". Mon air interrogateur l'a fait presque sourire: "ton blog est triste". Il a déposé un baiser sur mes lèvres et m'a serré fort contre lui. Les larmes coulaient sur mes joues. Et il a parlé de tout ce qu'il avait fait depuis que nous nous étions quittés sur le quai de la gare. Ce qu'il avait fait pour nous, pour qu'il n'y ait plus de séparation.
 Puis il s'est écarté pour me regarder droits dans les yeux, je me suis levée en même temps. Mes mains se sont posées sur ses épaules, puis sur sa nuque, debout sur la pointe des pieds, j'ai approché mes lèvres des siennes. Il m'a embrassé presque désespérément, comme si c'était la dernière fois. Chaque souffle disait "je t'aime" et le vent du large accompagnait nos soupirs. 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

pb-r 10/04/2008 18:48

Très beau texte poètique... Il y a moins de monde que sur les Champs Elysées. Pourquoi, " ton blog est triste" ? Bonne soirée dans les embruns...

le bigorneau 10/04/2008 10:04

Un beau coin de Bretagne pour une belle histoire...Je te souhaite la bienvenue dans la récré de Bigornette...ton texte est tres beau....bonne journée...

Présentation

  • : Le blog de Mélodie
  • Le blog de Mélodie
  • : Plaisir d'écrire
  • Contact

Profil

  • Mélodie

Le jardin de Mélodie

Toi, l'ami qui vient me lire,

Ici, tu es libre.
Tu peux juste passer le long de la clôture,
entrouvrir la petite porte,
ou bien venir t' asseoir sur le banc,
Coin-de-jardin.JPG t'imprégner des senteurs fleuries
des arbres de l'amour et de l'amitié,
des fleurs parfumées
De tendresse, de plaisir et de douceur
Reste, je te rejoindrais
à l'ombre des arbres
pour te donner la quiétude et la sérénité,
et si tu es bien, accepte quelques fleurs... 
Mon ami Sophocle,
ici tu verras comme
"il est doux de perdre la conscience de tes malheurs",
dis moi quand tu seras de passage!
Juste un signe qui sera
une graine de bonheur dans mon jardin! 

Recherche

Textes protégés

sceau1ah

00048925