Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 mai 2008 3 14 /05 /mai /2008 08:25

Je suis arrivée en haut de la dune, cachée sous le ciré.

L'océan était là, infatigable.

Sous le crachin breton, l'horizon n'existait pas. La mer s'était unie avec le ciel, tous les deux vétus d'un voile gris clair éblouissant.

Le vent s'était lassé, et les vagues ressemblaient à leurs cousines de Méditerranée.

Plusieurs mois depuis ma dernière visite et c'était hier.

En mon absence l' océan s'était déchainé, laissant sur le sable et les dunes les cicatrices de ses assauts en vomissant nos poubelles sur la grêve.

J'ai marché tout au long de la plage là où les vagues viennent s'échouer, fière de moi, heureuse peut-être et si ce n'est pas du bonheur ça y ressemble beaucoup. Les souvenirs de l'année passée sont revenus au rythme des vagues. Je me sens spectatrice de mon passé. J'ai souri au chemin parcouru.

J'ai marché le long de la frise d'algues rejetées par la mer, et comme quand j'étais enfant j'ai cherché le plus joli coquillage, le plus joli morceau de verre poli par le sable. J'ai regardé l'alouette faire l'ascenseur au creux d'une dune.

J'ai pensé à mon ami "blue eyes" et j'ai rêvé son sourire au creux de la plus grosse vague, la septième. Ses mots me manquent.

J'ai imaginé un lutin ensablé caché par les oyats.

J'ai imaginé le pélerin et son baton sur le chemin des douaniers.

J'ai pensé à toi, la belle au coeur de la ville rose.

Mon regard s'est voilé en pensant à mes enfants.
Ici, il n'y a pas d'oliviers, mais les rhododendrons géants fleurissaient et j'ai lu dans leur ombre.

J'ai regardé la mer. Les nuages se sont déchirés en lambeaux, et le ciel est devenu bleu.
Le ciré est tombé sur le sable.

Au loin, là où le soleil tombe dans la mer, les porte-containers étaient posés sur l'horizon comme des briques de Lego, plus près un grand voilier partait pour l'aventure.

Sur le chemin du retour, j'ai allumé le téléphone et j'ai souri, un sms me disait : "je pense à toi. bisous".

Partager cet article

Repost 0
Published by Mélodie - dans Comme ça
commenter cet article

commentaires

Guthin 15/05/2008 21:13

Eh tu aurais pu faire attention tuas faillli  m'ensabler ....sourires.Dis moi Mèl le temps était magnifique à ce que je vois et entre nous puis ce que nous sommes amis c'est qui au téléphone pas moi en tous cas....sourires.Bisous

pb-r 14/05/2008 12:11

B elle balade...Par moment, j'ai même eu l'impression que tu marchais dans mon ombre...C'était qui au ttéléphone ?

Mélodie 14/05/2008 12:40



J'ai marché dans l'ombre de tous les amoureux de la mer.
au téléphone?  chuuuttttt... je te le dis mais c'est un secret... c'est mon bonheur.



armagnac 14/05/2008 11:51

En tout cas il semble faire beau dans son coeur et c'est le principal ^^Jolie manière de décrire les côtes Bretonnes. C'est avec un climat désavantageux que je les préfère. Grises et sauvages sous une pluie fine et ventée.Totalement dépaysantes !

Mélodie 14/05/2008 12:45


J'aurai aimé du vent et de gros vagues...
l'Ile Tudy ressemblait à une plage des Caraïbes et les vagues ne montaient pas à l'assaut des rochers de Saint-Guénolé.


deck 14/05/2008 11:00

et tu veux nous faire croire qu'il fait beau en Bretagne ...

Présentation

  • : Le blog de Mélodie
  • Le blog de Mélodie
  • : Plaisir d'écrire
  • Contact

Profil

  • Mélodie

Le jardin de Mélodie

Toi, l'ami qui vient me lire,

Ici, tu es libre.
Tu peux juste passer le long de la clôture,
entrouvrir la petite porte,
ou bien venir t' asseoir sur le banc,
Coin-de-jardin.JPG t'imprégner des senteurs fleuries
des arbres de l'amour et de l'amitié,
des fleurs parfumées
De tendresse, de plaisir et de douceur
Reste, je te rejoindrais
à l'ombre des arbres
pour te donner la quiétude et la sérénité,
et si tu es bien, accepte quelques fleurs... 
Mon ami Sophocle,
ici tu verras comme
"il est doux de perdre la conscience de tes malheurs",
dis moi quand tu seras de passage!
Juste un signe qui sera
une graine de bonheur dans mon jardin! 

Recherche

Textes protégés

sceau1ah

00048925