Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 juin 2008 4 05 /06 /juin /2008 06:00

Pour le cinqième défi des parchemins Bigorphea: Vous êtes un animal... Racontez-nous une journée ou un moment, drôle ou pas, en vers ou en prose...


J'ouvre les yeux, plutôt ensommeillés ! Je suis bien, là ! Tout contre ma maman ! Je baille un grand coup et doucement me glisse vers ma tétine. Mes deux frères sont déjà en train de boire. Je suis la plus petite et j'ai eu beaucoup de mal à boire le lait de ma maman. Maintenant je bois tellement bien que les deux-pattes sont en admiration devant mes progrès. ça c'est vraiment quelque chose, un deux-pattes ! mais quand j'en parle à mes frères, ils me disent de ne pas m'en occuper, que c'est rien ! D'ailleurs ils ont des pattes bizarres, avec des bouts qui dépassent. Ce ne sont même pas des griffes, Ils appellent cela lacets ! J'aime bien jouer avec ! Ça bouge tout seul quand ils marchent.

Aujourd'hui, maman nous a fait une belle toilette. Elle a expliqué que c'était pour faire bonne impression. Je n'ai pas compris ce qu'elle entendait par là. Avec mes frères, nous avons 90 jours, ils ne veulent pas jouer avec moi, parce que je suis une chatte et trop petite, qu'ils disent. Alors je regarde maman faire sa toilette et j'essaie de faire comme elle et je joue avec ma boule de papier. Elle m'a appris comment aller à la litière et maintenant je m'y rends toute seule. Mes frères ont encore besoin que maman leur montre. Elle m'a fait voir comment boire de l'eau dans la gamelle sans monter dedans. Mes frères montent sur le bord, glissent, se retrouvent tout mouillés et maman doit refaire leur toilette complètement.

Il y a quelques temps des deux-pattes sont venus nous voir. Ceux de la famille étaient tous excités. Au loin j'avais entendu leurs voix et surtout une voix inconnue, douce et riante. La porte était ouverte. Ce n'était pas normal. Je m'éloignais du panier et m'approchais du pas de la porte. Au delà, c'était interdit et dangereux, disait maman. Deux pieds que je ne connaissais pas arrivèrent devant mes yeux. Encore un pas et les lacets s'agitèrent. Je m'approchais encore et commençais à jouer avec, quand j'entendis une douce voix. "Comme il est mignon". La maîtresse remarqua : «non, mignonne, c'est une chatte". La voix douce se baissa. Ses doigts de patte de devant s'agitèrent. Elle a joué un peu avec moi. Quand elle a vu que j'étais fatiguée elle m'a reposée auprès de ma maman qui m'a refait ma toilette avant que je m'endorme. Plus tard, maman m'a raconté que j'avais rencontré ma maîtresse, que c'était bien, que j'étais une gentille petite chatte. Ma maîtresse m'a baptisé "Mélodie», ce sera mon nom.

Aujourd'hui est donc un jour spécial, ma maman est toute bizarre quand elle me regarde. Elle a fait ma toilette plusieurs fois. Mes frères sont tous calmes.

Quand les deux-pattes sont arrivés, j'ai reconnu l'odeur de ma maîtresse. Maman est restée dans le panier quand je me suis dirigé vers ma maîtresse. Elle m'a tendu la patte, je l'ai sentie et mordillée. Elle a posé sur le sol, un panier qui avait un toit. Dedans elle a lancé ma balle que je me suis empressée de suivre, le coussin était tout moelleux, je n'ai pas entendu le bruit de la porte qu'elle fermait, trop occupée à jouer. Alors de sa voix douce elle a dit : "Viens Mélodie, tu vas découvrir ta nouvelle maison".

Partager cet article

Repost 0
Published by Mélodie - dans Jeux de mots
commenter cet article

commentaires

Sand 09/06/2008 12:36

Très bel essai Mélodie, je me suis imaginée à la place de cette petite boule de poil l'espace d'un instant. C'était très beau !!!merci de m'avoir fait partager cet instant si particulier.

Mélodie 09/06/2008 12:44


contente que tu aies passé un bon moment :)


scoobydu41 06/06/2008 17:13

bel exercice!

Présentation

  • : Le blog de Mélodie
  • Le blog de Mélodie
  • : Plaisir d'écrire
  • Contact

Profil

  • Mélodie

Le jardin de Mélodie

Toi, l'ami qui vient me lire,

Ici, tu es libre.
Tu peux juste passer le long de la clôture,
entrouvrir la petite porte,
ou bien venir t' asseoir sur le banc,
Coin-de-jardin.JPG t'imprégner des senteurs fleuries
des arbres de l'amour et de l'amitié,
des fleurs parfumées
De tendresse, de plaisir et de douceur
Reste, je te rejoindrais
à l'ombre des arbres
pour te donner la quiétude et la sérénité,
et si tu es bien, accepte quelques fleurs... 
Mon ami Sophocle,
ici tu verras comme
"il est doux de perdre la conscience de tes malheurs",
dis moi quand tu seras de passage!
Juste un signe qui sera
une graine de bonheur dans mon jardin! 

Recherche

Textes protégés

sceau1ah

00048925