Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 janvier 2009 3 07 /01 /janvier /2009 07:00

 

L’arbre noir, trapu, courtaud se dresse comme un empereur romain au bord du champ de bataille. L’arbre, comme un soldat au garde à vous, surveille le gouffre profond. De très loin on entend le bouillonnement des cataractes submergeant le ru niché au creux du gouffre.

Au bord du précipice, non loin de l’arbre noir, j’hésite, je piétine, prête à traverser sur la passerelle en rondins de bois disjoints. Le brouillard monte du canyon, mouillant et imprégnant tout d’humidité collante. Comme sous un brumisateur, mon visage se couvre de perles de rosée. Mes cheveux courts lentement oublient le brushing et se tordent en frisotis serrés. Mon pied posé sur le premier rondin, je lève les yeux vers l’ouest qui se pare de sang et d’or.

Avant la nuit, il faut que j’aie traversé le canyon, ce serait plus raisonnable ! En ai-je vraiment envie ? Pas trop ! Je souris. Mon regard se tourne vers l’est qui s’est vêtu de sa chemise de nuit de velours noir. Les nuages couvrent le ciel d’une doudoune gris anthracite. Je rêve aux étoiles masquées, diamants dans la nuit scintillant à la lumière du soleil endormi.
La raison s’insinuant dans mon esprit rêveur, je porte mon regard de l’autre côté du gouffre. Les bruits de la terre prennent le dessus pour me rappeler à l’ordre. Doucement, j’avance sur la passerelle qui grince et se balance à chacun de mes pas. L’ombre de l’arbre noir, doucement, s’atténue et disparaît quand l’or du soleil plonge derrière l’horizon.

Le bruit assourdissant du ruisseau transformé en torrent monte des profondeurs du canyon. Enfin, sur l’autre rive, la raison me libère et mon esprit repart en vagabondage. Je vois l’ouest se vêtir de sa tenue de nuit et de son gros manteau de pluie. Le ciel est si bas, que je pourrais attraper la dernière pépite de cuivre rouge lancée par le dernier rayon du soleil. Les yeux fermés je respire les senteurs de la terre mouillée, de mousse, de champignons et de feuilles mortes humides. Je remonte le col de mon imperméable et je fais tomber la capuche sur mon front. Au bout de l’allée, la lampe au dessus de la porte m’indique le bout du chemin. Tandis que je me hâte vers la maison les arbres qui bordent l’allée comme un cocon se penchent vers moi et me saluent pour la nuit.
Demain, lors de ma promenade du soir, sous une autre lumière, au son d’une autre musique l’arbre noir dessinera pour moi, un autre tableau.

 

 

Texte inspiré par le tableau « Légendes célestes » de Joëlle Chen

Partager cet article

Repost 0
Published by Mélodie - dans Jeux de mots
commenter cet article

commentaires

sand 23/01/2009 14:04

Pour une autre promenade et un autre rêve...Te lire c'est plonger dans un autre monde et tout oublierBisous Mélodie

Présentation

  • : Le blog de Mélodie
  • Le blog de Mélodie
  • : Plaisir d'écrire
  • Contact

Profil

  • Mélodie

Le jardin de Mélodie

Toi, l'ami qui vient me lire,

Ici, tu es libre.
Tu peux juste passer le long de la clôture,
entrouvrir la petite porte,
ou bien venir t' asseoir sur le banc,
Coin-de-jardin.JPG t'imprégner des senteurs fleuries
des arbres de l'amour et de l'amitié,
des fleurs parfumées
De tendresse, de plaisir et de douceur
Reste, je te rejoindrais
à l'ombre des arbres
pour te donner la quiétude et la sérénité,
et si tu es bien, accepte quelques fleurs... 
Mon ami Sophocle,
ici tu verras comme
"il est doux de perdre la conscience de tes malheurs",
dis moi quand tu seras de passage!
Juste un signe qui sera
une graine de bonheur dans mon jardin! 

Recherche

Textes protégés

sceau1ah

00048925