Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 février 2009 1 23 /02 /février /2009 11:02

 

Pour Ecriture Ludique - AEL 05 - Début & fin (Kildar)
"Vos textes devront commencer et finir par les phrases suivantes :
Début: La pièce avait un haut plafond victorien, et il y avait une cheminée de marbre, et un avocatier qui poussait sur la fenêtre, et elle était couchée près de moi et dormait, très belle et blondement.
Fin : Elle était étendue là, profondément endormie ; ses errances étaient terminées et les miennes ne faisaient que commencer."


La pièce avait un haut plafond victorien, et il y avait une cheminée de marbre, et un avocatier qui poussait sur la fenêtre, et elle était couchée près de moi et dormait, très belle et blondement.
Sa longue jambe posée sur le drap, éclairée par un rayon du soleil curieux, bougea légèrement. Par la fenêtre entrebaillée la brise marine soulevait le rideau aérien.

Dans le jardin, le merle chantait au sommet du pommier et plus éloigné, le rire des mouettes au dessus du port, accompagnait le départ des bateaux de pêche.

Je bougeai légèrement mon bras ankylosé par le poids de sa tête qui reposait au creux de mon épaule. Ses longs cheveux blonds éclaboussaient d'or, l'oreiller recouvert de lin blanc. Elle soupira doucement. Elle frissonna, je remontais le drap sur ses épaules. Sa main posée sur mon cou se fit douce et légère comme une plume. Et ce fut son rêve, comme une promenade matinale. Je fermais les yeux. Sa main s'arrondit sur mon épaule, dessinant le grain de beauté, puis descendit jusqu' au coude, puis remonta à l'intérieur du bras, là où la peau est si douce et effleurant le creux de mon aisselle me fit tressaillir. Douce main comme une aile de papillon, dansant parmi un champ de fleurs. Mais il s'agissait de mon corps, mon corps d'amant appaisé aprés une nuit d'amour. Dans son sommeil, quel rêve animait sa main vagabonde? J'avais envie de la saisir pour qu'elle s'arrête, mais non qu'elle continue! Mon corps en redemandait. La main douce, se dispersa sur mon torse. Les yeux fermés je savourais les sensations q'elle éveillait en moi, malgré la courte nuit. Comme une plume elle joua autout de mon nombril, puis se posa. Je retenait mon souffle, attendant un nouveau trajet dans une autre direction. Son avant bras posé en travers de mon bassin, la main vint se poser sur ma hanche. Au creux de mon cou, le souffle se fit plus régulier, plus profond. Je respirais de nouveau, lentement comme aprés un effort. Toute la peau de mon corps en éveil, espérant et redoutant à la fois le prochain frisson. Elle se lova un peu plus contre moi, une jambe repliée, glissée entre les miennes. Les bruits lointains de la ville qui se réveille, pénétrèrent dans la chambre. Je pris conscience que ma main caressait machinalement son épaule. Je repoussait une mèche de cheveux égarée sur son front... Elle était étendue là, profondément endormie ; ses errances étaient terminées et les miennes ne faisaient que commencer.

Partager cet article

Repost 0
Published by Mélodie - dans Jeux de mots
commenter cet article

commentaires

jean-marie 25/02/2009 16:39

C'est vraiment un très beau texte, ma chère Mélodiel'exercice est difficile peut-êtremais tu as réussiton écrit révèle tellement de sensibilité et de douce émotionbisous amicauxbien à toijean-marie

Mélodie 26/02/2009 15:01


merci Jean-Marie

bien amicalement
bisous


sand 24/02/2009 08:54

Les errances de l'esprit au petit matin quand le sommeil fuit.Difficile de se mettre à la place d'un homme endormi.Bravo pour l'exerciceBises Mélodie

Présentation

  • : Le blog de Mélodie
  • Le blog de Mélodie
  • : Plaisir d'écrire
  • Contact

Profil

  • Mélodie

Le jardin de Mélodie

Toi, l'ami qui vient me lire,

Ici, tu es libre.
Tu peux juste passer le long de la clôture,
entrouvrir la petite porte,
ou bien venir t' asseoir sur le banc,
Coin-de-jardin.JPG t'imprégner des senteurs fleuries
des arbres de l'amour et de l'amitié,
des fleurs parfumées
De tendresse, de plaisir et de douceur
Reste, je te rejoindrais
à l'ombre des arbres
pour te donner la quiétude et la sérénité,
et si tu es bien, accepte quelques fleurs... 
Mon ami Sophocle,
ici tu verras comme
"il est doux de perdre la conscience de tes malheurs",
dis moi quand tu seras de passage!
Juste un signe qui sera
une graine de bonheur dans mon jardin! 

Recherche

Textes protégés

sceau1ah

00048925