Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 juillet 2010 2 13 /07 /juillet /2010 08:05

 

Le premier grain de sable, était arrivé dans sa vie, simplement. Sa vie bien rodée, bien huilée se déroulait sans accroc comme on tricote un pull, du mariage-bonheur aux enfants qui avaient occupé vingt-cinq ans de cette vie. Les enfants n’avaient plus besoin d’elle, c’était dans l’ordre des choses, mais cela l’avait un peu déstabilisée. Elle se cherchait des occupations pour ne pas être oisive. Patchwork, broderie, dentelle aux fuseaux, jeux sur le PC puis sur internet. Cela faisait sourire son mari et ses enfants qu’elle joue à World Of Warcraft , le grain de sable. wow mage guide qjpreviewthDes connaissances virtuelles avec des jeunes joueurs et des moins jeunes, des duos qui se forment en fonction du rôle des avatars. Des pauses dans le jeu où les discussions ne concernent plus les personnages des joueurs, mais deviennent au fil du temps plus personnel, où on se donne rendez-vous pour le lendemain, où on se quitte par un « Bisous ! ».

Et le jeu avait pris beaucoup d’importance. Elle y consacrait toutes ses soirées et tous ses après-midis quand elle ne travaillait pas. Le jeu ou bien la communauté, les relations ? Elle était accro. Elle jouait avec Frèrejean l’avatar de Yann. Yann, son autre grain de sable, Yann et sa tendresse, Yann et sa bonne humeur, Yann et sa jeunesse, vingt ans de moins qu’elle. Mais cela n’avait pas d’importance, ce n’était que virtuel… Voila, le grain de sable : le monde virtuel de WOW où la limite avec la vie réelle n’existe plus, où pour parler de son avatar on parle à la première personne. Cela mettait de la fantaisie dans sa vie. Son époux devant la télé, elle devant son PC. La routine et l’indifférence faisait partie de son quotidien, la tendresse qui survit à l’amour n’existait plus. La communication n’était pas de mise dans leur couple. Beaucoup de non-dits. Elle n'aimait pas les discussions. quand elle avait envie de quelque chose, une sortie, un restaurant, si elle le voyait faire la grimace elle n'insistait pas et essayait de l'oublier trés vite. Au fil du temps les sujets de conversation se sont épuisés. La vie que les enfants mettent dans une maison n’était plus là, souvent les repas se passaient dans le silence ou sans parole consistante.

Un jour après, un repas expédié, elle décida de sortir, malgré le rendez-vous avec Yann dans WOW. Elle proposa d’aller au cinéma, voir ce nouveau film « le passager de l’été ». Non, cela n’intéressait pas son mari, il préférait le grand prix de Formule 1 à la télévision. Alors elle partit seule. Ce n’était pas la première fois qu’elle allait seule au cinéma, mais ce jour-là, elle prit conscience de ce qu’était devenu son couple. Alors au lieu d’aller voir le film et elle se gara dans le parking de l’ile des impressionnistes et partit marcher dans le parc.

Il faisait beau, alors en ce dimanche après midi les gens étaient venus en famille. Ses réflexions lui firent oublier les cris des enfants, les chants des oiseaux et les feuilles des arbres qui bruissaient sous le vent. Elle revit le film de ce dix derniers mois depuis qu’elle « rencontrait » virtuellement d’autres gens. Quels souvenirs de sa vie réelle avait-elle de cette période ? Pas grand-chose.  Des déceptions et les seuls moments agréables étaient ceux où elle avait reçu ses enfants à déjeuner. Que penseraient les enfants de ses pensées ? Ils ne comprendraient pas. Elle essayait de les repousser, mais les digues avaient lâché. Etouffée par tant de pensées ingérables elle s’éloigna du chemin et s’assit sous un saule pleureur au bord de la Seine. Les larmes coulaient à gros sanglot. Elle chercha ses mouchoirs et laissa la déferlante passer. Quand elle fut calmée, la migraine était installée mais sa décision était prise. Quand un couple se désagrège, il y a deux personnes qui ont participé à cet aboutissement, soit par indifférence ou parce qu’on ne veut pas voir ce qui se passe et que cela compliquerait la vie ou simplement qu’on n’a pas envie de se battre pour cela.

Cette ébauche de vie, d’amitié, de tendresse qu’elle avait effleurée ces derniers mois, elle voulait l’avoir dans la vie réelle avec de vrais gens. Pour commencer, elle décida de s’inscrire à des cours de golf, ce qu’elle avait envisagé une dizaine d’années auparavant. Elle en avait été détournée par la grimace de son époux.

Quoi d’autre ? Vivre libre ? Voyager ? Elle gagnait bien sa vie, elle prendrait son envol. Pour le mois de mai, elle ferait un circuit en Irlande, puis un week-end à Stockholm pour la fête de l’été. Elle sourit à ses projets qui se dessinaient si bien. Pour une fois, se payer le luxe d' être égoïste et de ne penser qu' à elle. Son front se plissa pour planifier son annonce. Ce soir après diner, elle lui dirait qu' elle demandait le divorce.  Ce mot résonnait dans sa tête douloureuse quand elle rentra chez elle. Elle se passa un peu d' eau fraiche sur le visage et les yeux, prit un comprimé pour soulager son mal de tête et prépara le diner.

De la cuisine, elle entendait le son particulier émis par la télévision du salon où une table ronde de journalistes et divers invités discutaient du dernier grand prix de Formule 1. 

Oui, ce soir, elle lui dirait.

Partager cet article

Repost 0
Published by Mélodie - dans Jeux de mots
commenter cet article

commentaires

sand 15/07/2010 18:56



Comme un air de vécu...quand le virtuel réveille la personne réelle qui dort au plus profond de soi et qui ne demande qu'à vire et aimer pour de vrai


Bisous Mélodie !



Présentation

  • : Le blog de Mélodie
  • Le blog de Mélodie
  • : Plaisir d'écrire
  • Contact

Profil

  • Mélodie

Le jardin de Mélodie

Toi, l'ami qui vient me lire,

Ici, tu es libre.
Tu peux juste passer le long de la clôture,
entrouvrir la petite porte,
ou bien venir t' asseoir sur le banc,
Coin-de-jardin.JPG t'imprégner des senteurs fleuries
des arbres de l'amour et de l'amitié,
des fleurs parfumées
De tendresse, de plaisir et de douceur
Reste, je te rejoindrais
à l'ombre des arbres
pour te donner la quiétude et la sérénité,
et si tu es bien, accepte quelques fleurs... 
Mon ami Sophocle,
ici tu verras comme
"il est doux de perdre la conscience de tes malheurs",
dis moi quand tu seras de passage!
Juste un signe qui sera
une graine de bonheur dans mon jardin! 

Recherche

Textes protégés

sceau1ah

00048925