Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 juillet 2010 4 15 /07 /juillet /2010 19:01

Ecrire un texte contenant tous les mots de la liste suivante : Chevalier – pleurer – stencil – découper – once – cache – laïque – goulument – croustillant – empaumure – martagon – immobile – gaucher – navrant - station

 

 

 

Autour de la table, les conversations étaient animées en attendant qu’on serve les plats. C’était un repas extraordinaire. Dans la grande salle vouée du château les bruits des conversations semblaient amplifiés.

En ce temps présent on avait réuni autour de cette grande table des convives venant de tous les horizons, de toutes les races, de toutes les religions et le plus étonnant, de toutes les époques.

 

Monsieur Albert avait mis au point un transpondeur qui avait permis d’envoyer des émissaires dans toutes les époques. Les débuts avaient été chaotiques. C’est comme cela que je m’étais retrouvée face à Yvan le Terrible au lieu de danser sur scène avec David Bowie. Le plus difficile avait été d’expliquer que le transpondeur avait désintégré mes vêtements en matières synthétiques. Il avait été difficile de l’expliquer au tsar fou qui fit construire une cathédrale à mon intention pour me permettre d’expier mes péchés.

 

Après une mise au point méticuleuse, tous les chargés de mission avec de belles qualités d’ambassadeur avaient réussi à entrainer nombreux aventuriers pour venir assister au repas.

 

Nous avions choisi une table ronde pour qu’il n’y ait pas de discussion sur qui présiderait. 

 

Dans l’immense cheminée, de grosses buches crépitaient sous les longues broches garnies de porcelets. Au dessus, une énorme tête de cerf surveillait tout ce beau monde. Le chevalier du Guesclin avait admiré ses bois aux empaumures à cinq andouillers.  

 

Deux demoiselles de Saint Cyr, immobiles regardaient avec curiosité leur voisin commun, un gaucher qui jouait qui jouait à faire tourner le barillet de son revolver.

 

 Sur une desserte, les valets découpaient les volailles et le ton des conversations s’était  atténué. Puis les plats furent déposés sur la table.

 

Henri VIII pris une grosse cuisse de dinde à la peau bien croustillante. Avec un gros éclat de rire il mordit à pleine bouche et mâcha goulument tout en parlant la bouche pleine avec sa voisine sœur Emmanuelle qui semblait si petite aux côtés du géant. Prés de la religieuse, Jules Ferry conversait avec Bossuet sur les avantages de l’école laïque.

 

Au coin de la cheminée un enfant pleurait dans les bras d’une femme en robe bleue. La jeune mère dégrafa son corsage  pour lui donner le sein. L’enfant téta avidement le sein gonflé de sa nourrice. En face d’elle, assise devant une petite table à ouvrage une brodeuse faisait une démonstration de ponçage d’un stencil à Pénélope qui d’une main distraite défaisait la broderie qu’elle avait laborieusement cousu tout au long du jour. Autour des femmes, les enfants de Pierre le grand jouaient à cache-cache.    

 

Toute la tablée s’amusait aux facéties du clown Achille accompagné de son compère le clown blanc. Seul, assis entre son épouse et son père Philippe le bel, Louis le Hutin trouvait le spectacle navrant. Avec l’air contrarié, il regardait sa femme qui riait fort aux commentaires d’un jeune chevalier du Temple.

 

Enfin les derniers invités, retardataires arrivèrent. Il s’agissait de Christophe Lambert et Isabelle Adjani qui avaient enfin réussi à s’échapper du film « Subway », retardés par un incident technique à la station de métro Auber.

 

Dans la cuisine on entendait les plats et les assiettes se heurter sur les immenses plateaux portés par deux valets en habit. On percevait les ordres du grand chef britannique Gordon Ramsay qui claquaient et l’acquiescement des miterons, d’une seule voix. Comme à son habitude, il dirigeait la brigade d’une main de fer. Du fond de l’arrière cuisine le chef pâtissier Ladurée  hurlait après un commis qui utilisait une balance en once. Le silence se fit de nouveau du côté du laboratoire.

 

Dans la grande salle les verres se levaient, les joues rougissaient, les yeux brillants des hommes  plongeaient dans les décolletés des  gentes dames.

 

Monsieur Albert admirait tout ce beau monde avec satisfaction. Il aurait voulu participer à la fête, mais il lui fallait continuer ses recherches… Que dirait tout ce beau monde quand il avouerait que le retour n’était pas tout à fait au point.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Mélodie - dans Jeux de mots
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Mélodie
  • Le blog de Mélodie
  • : Plaisir d'écrire
  • Contact

Profil

  • Mélodie

Le jardin de Mélodie

Toi, l'ami qui vient me lire,

Ici, tu es libre.
Tu peux juste passer le long de la clôture,
entrouvrir la petite porte,
ou bien venir t' asseoir sur le banc,
Coin-de-jardin.JPG t'imprégner des senteurs fleuries
des arbres de l'amour et de l'amitié,
des fleurs parfumées
De tendresse, de plaisir et de douceur
Reste, je te rejoindrais
à l'ombre des arbres
pour te donner la quiétude et la sérénité,
et si tu es bien, accepte quelques fleurs... 
Mon ami Sophocle,
ici tu verras comme
"il est doux de perdre la conscience de tes malheurs",
dis moi quand tu seras de passage!
Juste un signe qui sera
une graine de bonheur dans mon jardin! 

Recherche

Textes protégés

sceau1ah

00048925