Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 mai 2010 7 09 /05 /mai /2010 10:06

 

Il était là, bien droit entre les jambes de la petite fille, le petit vélo avec ses gros pneus blancs, sans roue libre et sans freins. Un vélo « Louis Bobet » avec un joli cadre peint en rouge et des chromes qui le faisaient briller sous le soleil. Il semblait déconcerté devant le kiosque des Allées Gambetta où sa cycliste en herbe et lui étaient tombés en rencontrant les jambes d’un promeneur.
Depuis qu’on lui avait enlevé ses stabilisateurs, il travaillait beaucoup plus et se sentait fatigué. Il entendit la grosse voix gronder : »Il ne faut pas rouler si vite, tu ne pouvais pas freiner ! »

La petite fille répondit : « Je n’ai pas de freins ! », comme pour assumer cette responsabilité, mais qui rendit honteux le petit vélo, pas assez grand pour être équipé de freins.

Il se sentit penaud et chuchota : « Je veux rentrer, je suis fatigué ».

- Allons, ne crains rien, n’ai pas honte, je t’aime comme tu es. Et puis restons encore un peu. J’irai moins vite.

La petite fille était triste pour son vélo. Tous les enfants ont un vélo. Toutes les grandes personnes ont eu un petit vélo quand elles étaient enfants. Tous les vélos de la terre pourraient être heureux si on ne les maltraitait pas en jouant au coureur cycliste. Il faut bien les traiter sinon  ils s’usent trop vite, et même si on peut les réparer, il arrive le moment où il est trop tard pour les sauver.

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Sand 12/05/2010 07:49



Les vélos ont donc une âme ??


Bisous Mélodie !



Présentation

  • : Le blog de Mélodie
  • Le blog de Mélodie
  • : Plaisir d'écrire
  • Contact

Profil

  • Mélodie

Le jardin de Mélodie

Toi, l'ami qui vient me lire,

Ici, tu es libre.
Tu peux juste passer le long de la clôture,
entrouvrir la petite porte,
ou bien venir t' asseoir sur le banc,
Coin-de-jardin.JPG t'imprégner des senteurs fleuries
des arbres de l'amour et de l'amitié,
des fleurs parfumées
De tendresse, de plaisir et de douceur
Reste, je te rejoindrais
à l'ombre des arbres
pour te donner la quiétude et la sérénité,
et si tu es bien, accepte quelques fleurs... 
Mon ami Sophocle,
ici tu verras comme
"il est doux de perdre la conscience de tes malheurs",
dis moi quand tu seras de passage!
Juste un signe qui sera
une graine de bonheur dans mon jardin! 

Recherche

Textes protégés

sceau1ah

00048925