Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 mars 2010 3 03 /03 /mars /2010 12:55
allongée sur la plage sauvage, mes yeux tournés vers cette masse liquide. J'admire, j'adore, je redoute l'océan bruyant sous le souffle de la brise marine. Les vagues roulent, s'écrasent, sous les cris de Poséidon. J'aime la luminosité du matin, l'air semble pur.
Mon regard se porte à l'horizon où un grand voilier file vers l'ouest. J'admire, sans avis, sans opinion, juste j'admire la surface bleu-marine de la mer.

Zoom avant, je regarde les surfeurs en attente de LA VAGUE.

Dans leurs combinaisons noires, allongés sur leurs planches, ils rament. D'où je suis, ils sont comme une colonie de phoques, nageant, plongeant sous les vagues éclatées.  Les plus éloignés du rivage, attendent, patients, surveillant la formation des vagues.  La voila enfin, celle qu'ils attendent, celle qui se laissera chevaucher, celle qu'ils admireront et dont ils parleront ce soir autour d'un verre de punch.
Mes yeux se détournent et ma pensée s'éloigne, toujours attirée par le flux, le reflux inlassable qui vient balayer le sable.
J'aime cette sensation de faiblesse devant la grandeur et la violence de cette nature. Si petite vie face à l'univers.  Je rêve d'un voyage sans fin au coeur de la mer, transportée par les courants marins tout autour de la terre.

Partager cet article

Repost 0
Published by Mélodie - dans La mer et moi
commenter cet article

commentaires

18/03/2010 17:25


Ah enfin une femme bien : "sans avis, sans opinion"


sand 14/03/2010 18:35


tels des chevaliers montant leur destrier pour dompter la nature...


Présentation

  • : Le blog de Mélodie
  • Le blog de Mélodie
  • : Plaisir d'écrire
  • Contact

Profil

  • Mélodie

Le jardin de Mélodie

Toi, l'ami qui vient me lire,

Ici, tu es libre.
Tu peux juste passer le long de la clôture,
entrouvrir la petite porte,
ou bien venir t' asseoir sur le banc,
Coin-de-jardin.JPG t'imprégner des senteurs fleuries
des arbres de l'amour et de l'amitié,
des fleurs parfumées
De tendresse, de plaisir et de douceur
Reste, je te rejoindrais
à l'ombre des arbres
pour te donner la quiétude et la sérénité,
et si tu es bien, accepte quelques fleurs... 
Mon ami Sophocle,
ici tu verras comme
"il est doux de perdre la conscience de tes malheurs",
dis moi quand tu seras de passage!
Juste un signe qui sera
une graine de bonheur dans mon jardin! 

Recherche

Textes protégés

sceau1ah

00048925